Could the metals shortage derail the energy transition ? – Kearney

Ajouter à la liste
ClosePlease login

No account yet? Register

Synthèse de Beesnest

Cet article de Kearney traite des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement de métaux de base et précieux causées par la demande élevée et les sanctions imposées à la Russie, qui ont été exacerbées par la pandémie de COVID-19 et la crise Ukraine-Russie. Dans le contexte des efforts mondiaux en faveur de la transition écologique, la forte demande de métaux de base et précieux, ainsi que les perturbations des chaînes d’approvisionnement dues à la pandémie et à la crise entre la Russie et l’Ukraine, posent de grands défis.

Alors que les perturbations dans les approvisionnements énergétiques continuent de se répercuter sur les économies mondiales, une autre perturbation tout aussi insidieuse, bien que moins visible, se produit : des pénuries de métaux clés, de base et précieux.

Les sanctions imposées à la Russie ont un impact important sur les marchés des métaux. Les principales entreprises russes du secteur des matières premières sont les plus touchées, mais les sanctions ont également des répercussions sur les consommateurs, en particulier en Europe, où de nombreuses entreprises européennes et américaines de divers secteurs ont suspendu leurs opérations en Russie.

Ces sanctions ont également des conséquences sur les importations de biens et de services liés à la fabrication de produits à base de métaux, ce qui peut compromettre la production même de ces exportations. Par exemple, la plupart des équipements miniers utilisés en Russie sont fabriqués aux États-Unis ou en Europe. Les restrictions à l’exportation ont obligé les expéditeurs à trouver des itinéraires alternatifs, ce qui entraîne des retards et une instabilité dans les opérations minières.

Les pénuries de métaux ont un impact sur les métaux de base et précieux. Les métaux de base produits par la Russie, tels que le nickel, l’aluminium et le cuivre, connaissent une augmentation des prix. Le nickel devrait connaître une augmentation significative à long terme en raison de la demande croissante des véhicules électriques et des énergies non fossiles, tandis que l’aluminium et le cuivre devraient connaître des augmentations modérées en raison de leurs applications industrielles et de leur utilisation dans la production de véhicules électriques.

Les métaux précieux, tels que l’argent, l’or, le palladium et le platine, sont également susceptibles de connaître une augmentation des prix à long terme en raison de la part importante de la production mondiale assurée par la Russie et de leur rôle dans l’économie moderne.

Quelques chiffres représentatifs de la situation :

  • La Russie représente environ 10 % de la production mondiale de nickel, 5 % de la production mondiale d’aluminium et 4 % de la production mondiale de cuivre (page 4).
  • La Russie est responsable de 37 % de l’approvisionnement mondial en palladium et de 11 % de l’approvisionnement mondial en platine (page 5).
  • La Russie produit environ 10 % de l’approvisionnement mondial en or et 6 % de l’approvisionnement mondial en argent (page 5).

Ces pénuries de métaux pourraient compromettre la transition énergétique en limitant l’approvisionnement en matières premières nécessaires à la production d’énergies renouvelables. Les augmentations de prix des métaux ont déjà un impact sur l’industrie, avec des projets d’énergie renouvelable annulés ou retardés en raison des coûts élevés des matériaux. Il est crucial de trouver suffisamment de matières premières pour soutenir cette transition et de prendre des mesures pour garantir un approvisionnement adéquat en métaux de base et précieux.

Veuillez noter qu’il ne s’agit pas d’une liste exhaustive de toutes les informations contenues dans le rapport, mais plutôt d’un résumé de certains points et chiffres clés. Pour plus d’informations, veuillez lire le rapport complet.

Informations sur l'étude

Notation de l'étude
5/5

Les informations contenues dans la synthèse d’études et de rapports produite par Beesnest sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas des conseils professionnels. Les études et les rapports utilisés pour produire cette synthèse proviennent d’autres organismes et n’ont pas été rédigés par Beesnest. L’exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence de ces informations ne peut pas être garanties par Beesnest qui n’est pas responsable des erreurs, omissions ou imprécisions dans cette synthèse. En utilisant cette synthèse, vous reconnaissez que vous le faites à vos propres risques et que vous êtes responsable de la prise de décision qui en découle. Beesnest n’est pas responsable de tout préjudice ou dommage résultant de l’utilisation de ces informations.

Beesnest Analyste ayant rédigé la synthèse de l'étude :

Samuel Grimaud

Diplômé de l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers, Samuel a suivi sa formation d’ingénieur en alternance spécialisée en mécanique industrielle. Pour se spécialiser en conseil et en stratégie d’entreprise, il a par la suite rejoint l’ESCP Business School. Il s’intéresse de près à l’actualité de l’Industrie afin d’être constamment conscient des enjeux et tendances du secteur.

Laisser un commentaire