Le secteur immobilier à l’épreuve du risque climatique – Square Management

Ajouter à la liste
ClosePlease login

No account yet? Register

Synthèse de Beesnest

Quel impact le risque climatique peut-il avoir sur le secteur immobilier ?

  • Le changement climatique entraîne des risques physiques aigus (comme les catastrophes naturelles du type tornade par exemple) et les risques physiques chroniques (comme la montée des eaux) impliquant alors des risques de transition qui impactent la valeur des biens immobiliers.
  • Les investissements à long terme nécessitent des informations sur les risques climatiques pour prendre des décisions éclairées. L’article souligne que depuis le 1er juillet 2016 jusqu’au 30 juin 2020, 15 000 transactions immobilières seraient en fait exposées à un risque de se situer en zone inondable d’ici 2030.
  • Les biens immobiliers ne reflètent pas encore pleinement les risques climatiques à venir, mais des recherches suggèrent un impact négatif à court terme sur les prix des logements. De plus, la montée des eaux pourraient avoir un très fort impact sur les acheteurs ayant fait des prêts immobiliers sur 20 ans.

Quels sont les leviers afin de prévenir ces risques ?

  • La Loi Climat et Résilience prévoit des modifications dans le formulaire de l’état des risques et pollutions (ERP) en intégrant des données sur l’érosion pour mieux informer les acheteurs.
  • De plus, les diagnostics de performance énergétique (DPE) fournissent des informations sur le risque de transition lié à la consommation d’énergie des bâtiments. Ainsi, des mesures ont été prises pour interdire les loyers des biens énergivores et limiter leur présence sur le marché locatif (191 000 logements seraient dans le viseur).

Les crédits immobiliers eux aussi impactés ?

  • Les risques climatiques sont de plus en plus pris en compte par les établissements de crédit, les régulateurs demandant leur évaluation et leur suivi (comme la BCE dès 2022 afin d’aligner les acteurs financiers d’ici 2024).
  • La décarbonation des portefeuilles clients des banques et l’intégration du risque climatique dans les modèles de notation interne sont notamment des pratiques attendues.
  • Les garanties et primes d’assurance pour les biens immobiliers exposés aux risques climatiques peuvent être affectées.

 

Ainsi, le marché de l’immobilier doit intégrer les conséquences à long terme du changement climatique et les acteurs doivent prévenir les risques et éduquer sur ces enjeux.

Veuillez noter qu’il ne s’agit pas d’une liste exhaustive de toutes les informations contenues dans le rapport, mais plutôt d’un résumé de certains points et chiffres clés. Pour plus d’informations, veuillez lire le rapport complet.

Informations sur l'étude

Notation de l'étude
5/5

Les informations contenues dans la synthèse d’études et de rapports produite par Beesnest sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas des conseils professionnels. Les études et les rapports utilisés pour produire cette synthèse proviennent d’autres organismes et n’ont pas été rédigés par Beesnest. L’exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence de ces informations ne peut pas être garanties par Beesnest qui n’est pas responsable des erreurs, omissions ou imprécisions dans cette synthèse. En utilisant cette synthèse, vous reconnaissez que vous le faites à vos propres risques et que vous êtes responsable de la prise de décision qui en découle. Beesnest n’est pas responsable de tout préjudice ou dommage résultant de l’utilisation de ces informations.

Laisser un commentaire