Global Chemical Industry M&A Outlook (2023) – Deloitte

Ajouter à la liste
ClosePlease login

No account yet? Register

Synthèse Beesnest : quelles tendances pour les fusions et acquisitions dans l'industrie chimique en 2023 ?

Selon l’article de Deloitte sur les perspectives 2023 des fusions et acquisitions dans l’industrie chimique mondiale, l’année 2022 a été marquée par une baisse de 21% du nombre de transactions mondiales par rapport à 2021, une année record (p.1). L’année a commencé fort avec 158 transactions au premier trimestre (p.2), mais la volatilité des prix de l’énergie, les tensions géopolitiques en Europe et les politiques agressives des banques centrales pour combattre l’inflation ont entraîné une approche plus prudente de la part des entreprises.

Des dirigeants mitigés sur la question des opérations financières en 2023

Le pétrole a connu des niveaux de volatilité record en 2022, avec le WTI américain atteignant 124 dollars le baril et le Brent atteignant 133 dollars le baril en mars (p.2), avant de retomber dans la fourchette de 70 à 80 dollars le baril en décembre. De plus, la Réserve fédérale américaine a augmenté le taux des fonds fédéraux de 425 points de base en 2022, tandis que la Banque centrale européenne a augmenté ses taux quatre fois en 2022, sortant ainsi de la zone de taux négatifs pour la première fois depuis 2014.

L’enquête de Deloitte a révélé que 90% des dirigeants interrogés estimaient qu’ils étaient au moins assez susceptibles de réaliser une fusion ou une acquisition en 2023 (p.5). Cependant, cela représente une légère baisse par rapport à l’année précédente où 100% des personnes interrogées avaient exprimé un sentiment similaire. En outre, 56% des personnes interrogées ont déclaré qu’il était très ou assez probable que leur entreprise procède à une cession au cours des 12 prochains mois, contre 45% l’année précédente (p.7).

 

Perspectives par zone géographique :

  • États-Unis : En 2022, l’industrie chimique américaine a connu une baisse de 22% des fusions et acquisitions (F&A) en raison de l’augmentation des taux d’intérêt et des tensions géopolitiques. Les entreprises ont cherché à optimiser leurs coûts et se sont concentrées sur de petites acquisitions stratégiques. La tendance devrait se poursuivre jusqu’en 2023.
  • Chine : En 2022, les volumes de F&A ont diminué de 23% en raison du ralentissement économique et des restrictions liées à la COVID-19. Avec la levée de ces restrictions et le redressement de la demande du marché, l’activité de F&A devrait rebondir en 2023.
  • Europe continentale : L’industrie chimique européenne a souffert de la diminution des importations de gaz naturel en provenance de la Russie et de la hausse des prix de l’énergie. L’activité de F&A a diminué au second semestre 2022 malgré la baisse des évaluations. Une reprise est possible dans la seconde moitié de 2023.
  • Brésil : Malgré une croissance économique positive, le nombre de transactions de F&A dans l’industrie chimique a diminué de 27% en 2022. Les préoccupations liées à la durabilité pourraient favoriser les transactions de F&A en 2023.
  • Inde : Malgré une croissance économique rapide, l’activité de F&A reste faible. Cependant, les politiques industrielles progressistes pourraient stimuler l’activité de F&A plus tard en 2023.
  • Japon : Les entreprises japonaises se sont abstenues de faire de grandes acquisitions à l’étranger en 2022 en raison de l’incertitude causée par la COVID-19 et les tensions géopolitiques. L’année 2023 devrait être une autre année de préparation pour des réorganisations structurelles majeures.
  • Royaume-Uni : L’activité de F&A a diminué en 2022 par rapport aux niveaux élevés de 2021, mais est restée forte. Les entreprises étrangères ont montré un fort intérêt pour les entreprises chimiques britanniques.

En conclusion, malgré un certain nombre de défis macroéconomiques et géopolitiques en 2022, les fusions et acquisitions restent une priorité clé pour les entreprises chimiques en 2023, bien que ces dernières semblent se concentrer sur des acquisitions plus petites et stratégiques plutôt que sur de grandes opérations transformatrices.

Veuillez noter qu’il ne s’agit pas d’une liste exhaustive de toutes les informations contenues dans le rapport, mais plutôt d’un résumé de certains points et chiffres clés. Pour plus d’informations, veuillez lire le rapport complet.

Informations sur l'étude

Notation de l'étude
5/5

Les informations contenues dans la synthèse d’études et de rapports produite par Beesnest sont fournies à titre informatif uniquement et ne constituent pas des conseils professionnels. Les études et les rapports utilisés pour produire cette synthèse proviennent d’autres organismes et n’ont pas été rédigés par Beesnest. L’exactitude, l’exhaustivité ou la pertinence de ces informations ne peut pas être garanties par Beesnest qui n’est pas responsable des erreurs, omissions ou imprécisions dans cette synthèse. En utilisant cette synthèse, vous reconnaissez que vous le faites à vos propres risques et que vous êtes responsable de la prise de décision qui en découle. Beesnest n’est pas responsable de tout préjudice ou dommage résultant de l’utilisation de ces informations.

Beesnest Analyste ayant rédigé la synthèse de l'étude :

Samuel Grimaud

Diplômé de l’École Nationale Supérieure d’Arts et Métiers, Samuel a suivi sa formation d’ingénieur en alternance spécialisée en mécanique industrielle. Pour se spécialiser en conseil et en stratégie d’entreprise, il a par la suite rejoint l’ESCP Business School. Il s’intéresse de près à l’actualité de l’Industrie afin d’être constamment conscient des enjeux et tendances du secteur.

Laisser un commentaire